Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MONTPELLIER MÉTROPOLE ÉCOLOGIE

Jean Claude BIAU Actions sociales & écologistes MONTPELLIER MÉTROPOLE MEDITERRANEE & OCCITANIE

MONTPELLIER MÉTROPOLE ÉCOLOGIE

les Royalistes défendent Frêche

Pourquoi les Royalistes défendent Frêche.

 le vendredi 12 février 2010

 

L'affaire Frêche semble avoir rouvert la fracture de Reims au sein du parti socialiste. Les Royalistes soutiendraient dans cette affaire très largement Frêche contre la volonté Aubryiste de l'évincer de la région Languedoc-Roussillon. Au nom de quoi? Pour quelles raisons nous aurions pour la plupart pris partie pour un politique que l'ensemble de la sarkozie médiatique qualifie de populiste, démagogue et de "dangereux" même par le dérapage de ses propos?

 

Parmi nous se trouve déjà des "languedociens" qui vivent dans la région et qui ont toujours soutenu Frêche. Ils connaissent l'homme et ils connaissent aussi ses réalisations. Ils savent ce que cet homme a fait pour les rapatriés d'Algérie, pour les harkis. Ils ont donc compris pourquoi Frêche un jour s'est enflammé contre deux d'entre eux qui l'avaient nargué en lui disant qu'ils allaient rallier l'UMP. Son sang n'a fait qu'un tour et il les a traités de "sous-homme" avec toute l'outrance verbale dont il est coutumier. C'est aussi un homme politique qui aura trouvé qu'il y avait beaucoup de noirs en équipe de France ce qui dénotait un sectarisme social en ne permettant aux noirs que d'accéder à des emplois particuliers. Kouchner, lui, avait déclaré qu'il cherchait les blancs sans pour autant déclencher un tir de barrage contre lui. […]

 

Frêche a aussi dit qu'il pouvait être élu par des cons. Autrement dit des mecs qui ne s'intéressent pas à la politique et qui vont voter par habitude ou par intérêt personnel. Il est vrai que c'est cru mais franchement est-ce irréfragable comme disent nos amis québéquois ? Enfin dernière affaire en date, la terrible insulte envers Fabius, le traitant d'avoir "une tête pas très catholique". Quelle insulte effroyable! Un vrai nazi ce Frêche non? Non. Une réponse au même Fabius par une expression populaire. Fabius a toujours nié sa judéité et Frêche s'est toujours dit comme étant l'ami des juifs. Alors se faire traiter d'antisémite par un juif agnostique c'est plutôt comique vous ne trouvez pas? Voir ensuite l'affaire montée en épingle laisse une drôle de sensation de manipulation journalistique. Voir le vociférant donneur de leçons qu'est Apathie se faire remettre en place a été jouissif.

 

Bref pour utiliser une autre expression populaire cette affaire ne casse pas trois pattes à un canard. Alors pourquoi Solferino s'en est-il emparé avec violence et brutalité?

 

Ce qui nous a fait sortir de nos gonds, nous les Royalistes, c'est d'abord le deux poids deux mesures en sarkozie. Personne ne dit rien lorsque Lefèvbre ou Peillon disent que Royal est folle mais on s'excite lorsque quelqu'un crie à l'antisémitisme. Insupportable. L'excès est l'ennemi du bien. Et l'excès de la sarkozie médiatique on la connaît bien nous, puisque nous avons subi pendant la campagne présidentielle le ségobashing. Vous savez ce bashing qui consiste à faire croire à la population que Ségolène Royal serait allée acclamer la justice chinoise en Chine par exemple. Si si les médias l'ont tous repris vicieusement pour accroître son manque de présidentiabilité comme il dit l'autre. Alors vous pensez bien qu'on est hyper-sensible aux manipulations médiatiques.

 

De plus Frêche est comme par hasard à la tête d'une fédé majoritairement Royaliste. Cette fédé ne votera pas pour Aubry. On ne peut que se dire que cette attaque en pleine campagne électorale est surtout actée pour descendre Frêche et le remplacer par quelqu'un d'autre. Mais cette attaque solferinesque se fait au mépris du vote des militants. Quoi qu'on en dise et quoi qu'on en pense Frêche a été très largement investi tête de liste régionale. Même son opposant Andrieu s'est rallié au suffrage. Alors pourquoi exploiter cette petite phrase à des fins politiques? Cela sent la technique sarkoziste et nous on n'aime pas. Tous les moyens ne sont pas bons à employer en sarkozie pour parvenir à ses fins. Ce n'est pas parce que lui le fait que nous, socialistes, nous devons employer les mêmes méthodes. Notre valeur essentielle est la démocratie et la bafouer est inacceptable.

 

Enfin voilà la raison essentielle. Malgré la tentative d'étouffement médiatique, nous savons tous qu'à Reims le vote des militants a été bafoué. Nous savons tous que cette direction a triché massivement pour faire barrage à Royal. On a accepté de faire le canard pour le bien du parti et pour ne pas le diviser, mais depuis c'est humiliation sur humiliation. Pendant que Ségolène Royal faisait un rapprochement avec Aubry celle-ci lui plantait un couteau dans le dos à la Rochelle en s'emparant de ses thèses de la rénovation sans l'y associer. Un manque de respect flagrant. Alors cela ajouter au manque de respect démocratique c'en est trop pour nous. Il fallait donc que ça sorte et l'affaire Freche nous a servi d'exutoire. Je dois dire franchement à cette direction socialiste que nous n'avons pas oublié Reims et que nous sommes toujours présents au PS. Moi-même je milite et me bouge pour ma région. L'affaire Frêche que vous avez essayé de monter de toutes pièces va vous exploser à la figure parce que les gens en ont marre des manœuvres politiciennes à la Fabius. Et cela c'est terminé pour nous. Nous n'acceptons plus. Nous nous sommes mis debout au côté de Ségolène Royal pour défendre des valeurs et chaque fois qu'elles seront bafouées par le parti socialiste nous nous lèverons. Que le parti l'entende car nous observons aussi ce qui se passe de lamentable en interne en Poitou-Charentes. La division ce n'est pas nous qui la faisons. C'est cette direction qui nous manque de respect en utilisant les mêmes armes, contre nous, que celles utilisées par la sarkozie. Et combattre la sarkozie est notre combat principal.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article