Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MONTPELLIER MÉTROPOLE ÉCOLOGIE

Jean Claude BIAU Actions sociales & écologistes MONTPELLIER MÉTROPOLE MEDITERRANEE & OCCITANIE

MONTPELLIER MÉTROPOLE ÉCOLOGIE

La lettre M: Région/Economie sociale

Région LR- Convention des entreprises de l’économie sociale à Montpellier
(Georges Fréche, Président de la région LR, Marie Meunier Polge, déléguée à l'ESS, Guy Barboteau, Président de la CRES, inaugure la 2éme Convention des entreprises de l'économie sociale) 
SANY0110.jpg90 000 emplois en L.-R., soit 12 % des salariés de la région : l’économie sociale et solidaire est un acteur de poids. La présence d’une centaine d’exposants (Macif, Chèque Déjeuner, Mutuelle des Motards, Groupama…), jeudi 3 et vendredi 4 décembre au Corum, à Montpellier, lors de la 2e édition de la convention des entreprises de l’économie sociale, en témoigne. 
« La crise a remis en valeur l’économie sociale et solidaire, a déclaré Georges Frêche, président du conseil régional L.-R. Vous avez cette souplesse qui vous permet de vous affronter à des économies organisées autrement, pour le seul profit, et face auxquelles vous faites souvent jeu égal, si ce n’est pas jeu supérieur. Ça, c’est important. La crise nous oblige à trouver les moyens d’éviter le départ de nos entreprises vers l’Asie du Sud-Est, ou d’autres pays, et vous, vous êtes difficilement délocalisable. Vous êtes tout à fait adaptés à l’économie du XXIe siècle, et aux priorités de la Région. » La Région L.-R. aide la filière à travers différentes actions, a poursuivi Georges Frêche : études de faisabilité, recrutement des cadres, investissements, accès au crédit Jérémie, aides au développement du micro-crédit, le contrat d’apport associatif, fonds de garantie d’emprunt… Georges Frêche souhaite voir progresser la filière, pour faire passer son poids dans l’économie régionale de 12 % aujourd’hui à 20 %. 

Frêche : « Le socialisme, ce n’est pas une carte, c’est avoir les idées claires » 

« Nous ne sommes pas là pour remplacer l’économie de marché, mais pour être une alternative au centre d’une autre manière de faire, a précisé Guy Barboteau, président de la Cres (Chambre régionale de l’économie sociale) L.-R. Cette crise financière d’abord, économique maintenant, est une malheureuse opportunité pour montrer qu’il y a d’autres possibilités de conduire l’économie que la seule recherche du profit. »
Jean-Christophe Boursin, secrétaire général pour les affaires régionales à la préfecture de région, a insisté sur le rôle de l’économie sociale et solidaire auprès des jeunes, fortement touchés par le chômage. « Ils apportent des valeurs à l’économie sociale, et inversement. »
Alors que les militants socialistes votent ce jeudi pour désigner leurs têtes de liste pour les élections régionales, Georges Frêche, candidat à sa succession en mars prochain, a conclu par une touche politique : « Le socialisme, ce n’est pas une carte, c’est avoir les idées claires, au cœur. Les entreprises de l’économie sociale aident les gens certes à gagner leur vie, mais aussi à développer leur réflexion personnelle. Ça, c’est essentiel. C’est une économie qui aide au développement de l’homme. C’est une fonction particulièrement importante. » 
Ce jeudi soir, les 5es rencontres régionales de l’économie sociale et solidaire (salle Einstein, Corum, 18h-20h) ont pour thème « Entreprendre autrement, une opportunité qui ne connaît pas la crise ». Invités : Mireia Franch, directrice générale de l’économie coopérative et de la création d’entreprise de la Généralitat de Catalunya, Jean-Marc Borello, délégué général du Groupe SOS, Gérard Andreck, président de la Macif, Jean Huillet, syndicaliste et militant de la coopération agricole, Maria Nowak, présidente de l’Adie.

Hubert Vialatte (La lettre M)
SANY0090-copie-1.jpgSANY0090.jpg

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article